Réaffirmons la Laïcité ! SNUipp-FSU 83

Publié le par Comité 1905 Draguignan

"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale"

Soyons clairs ! La laïcité est une notion constitutive de notre République, de ses citoyens, de notre Ecole et qui se suffit à elle-même. Elle n’est ni ouverte, ni plurielle, ni intelligente, ni sectaire, ni apaisée, ni positive, ni tolérante. Elle est, ou elle n’est pas.

En effet, la laïcité, qui a vu le jour le 9 décembre 1905, pose pour chaque être humain la « liberté de conscience » définie comme ce droit d’avoir la religion de son choix ou de n’en pas avoir. La laïcité ne saurait, de ce fait, être l’ennemie des religions : elle en est au contraire la garante, dans la mesure où elle affirme l’égale dignité des croyants. Mais elle affirme aussi légale dignité des athées, des agnostiques et des indifférents : la base de la laïcité, c’est l’universel.

Mais l’omnipotent président français, vous savez le chanoine de Latran, élu il y a quelques mois, commet des déclarations mêlant ses convictions personnelles et religieuses et sa fonction présidentielle à propos de la Laïcité, des valeurs de vivre ensemble et de l’Ecole.

Après Rome le 20 décembre 2007 et Riyad le 14 janvier 2008, les discours cléricaux de Nicolas Sarkozy, Président de la République française et de tous les français, se suivent, se ressemblent et s’aggravent. Le mercredi 13 février 2008, au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), il a déclaré vouloir imposer  l’enseignement de la morale religieuse à l’Ecole publique, à côté de celui de la « morale laïque », pour « que nos enfants aient aussi le droit  de rencontrer à un moment de leur formation intellectuelle et humaine des religieux engagés qui les ouvrent à la question spirituelle et à la dimension de Dieu ». Il s’agit donc clairement de l’enseignement du catéchisme au sein de l’Ecole publique laïque, enseignement qui en avait été chassé par les grandes lois laïques constitutives de notre République des années 1881, 1882 et 1886. Sans oublier qu’il a aussi salué quatre ordinations traditionalistes à Saint Jean de Latran et que sa conseillère,  Emmanuelle Mignon,  veut revoir la liste des sectes en France pour faciliter l’expansion de la scientologie.

Pour ne pas être en reste, le  ministre de l’Education Nationale Xavier Darcos,  se sentant  certainement pousser des ailes, annonce la création d’un « fonds spécifique d’intervention », financé par les fonds publics du budget de l’enseignement public. Il s’agit tout bonnement de financer, d’ici la rentrée scolaire de septembre 2008, cinquante classes d’enseignement privé dans les banlieues. C’est le début de l’application de la décision 153 préconisée par le rapport Attali : « l’État affecterait aux parents une somme d’argent par élève. Chaque parent pourrait l’utiliser dans un établissement public ou privé de son choix ». C’est de nouveau une violation flagrante des lois laïques de 1881, 1882, 1886 et 1905, qui interdisaient tout financement public des religions et de l’enseignement privé (Article 2, La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte).

C’est pourquoi le SNUipp – FSU 83 , membre du « Carrefour Laïque »,  tient à réaffirmer très simplement leur attachement à l’article premier de la Constitution française « la France est une République indivisible, laïque et démocratique et sociale ». Tout un programme !

N’oubliez pas de signer la pétition « Défendons la Laïcité »

 sur www.appel-laique.org .

 

 

Commenter cet article