Texte d'ouverture par le président du Comité 1905 Patrice Decorte

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Ouverture du banquet laïque et républicain :

 

Mesdames, messieurs, cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s,

 

Je tiens tout d’abord à vous remercier d’avoir répondu positivement à notre invitation et d’être venus si nombreux.

Cela démontre que la cause de la laïcité rencontre un écho grandissant, et cela fait chaud au cœur, c’est une très grande joie !

Nous allons donc ouvrir notre 3ème Fête de la Laïcité en commençant par ce banquet que nous avons qualifié de « laïque et républicain »… et je vous dois des explications, car mon ami Gilbert SUZAN, vice-président du Comité 1905 m’a posé à ce sujet une question faussement naïve, comme il aime à le faire !

« Un banquet républicain n’est-il pas du même coup laïque ? »

Cette question est tout à fait pertinente et mérite qu’on y réponde !

Il va de soi qu’on ne devrait pas avoir à préciser « laïque » puisque la République française et la laïcité ne font qu’un,…au moins depuis 1905 .

Et pourtant, quand on regarde les acteurs de la scène politique, on s’aperçoit qu’il y a en fait très peu de laïques parmi les élus…et donc très peu de républicains !

Les députés, les sénateurs et tous les élus du peuple souverain devraient pourtant tous être des républicains convaincus et donc des laïques vigilants !

Mais nous sommes loin du compte…et vous le savez bien !

Pour faire court, je ne prendrai qu’un seul exemple : sénateurs et députés ont voté la loi Carle qui veut instaurer la parité de financement entre l’école publique laïque et l’enseignement confessionnel à plus de 90%, et pour justifier cette position indigne, le rapporteur – sans doute un républicain ?… - s’est appuyé explicitement sur la loi Guizot de 1833 , signée par le roi de France Louis-Philippe !

Disons-le nettement , la République et ses institutions laïques n’ont rien de commun avec ces gens-là !

Avant la seconde guerre mondiale, les anti-républicains avaient pour mots d’ordre « A bas la guerre ! «  , « plutôt Hitler que le Front Populaire ! »

Aujourd’hui, ils devraient crier clairement « Qu’importe la République ! Vive notre fric ! »

Mais cette référence du rapporteur du projet de loi Carle à la loi Guizot nous permet de revenir au banquet ! Faisons un petit point d’histoire…avant que l’enseignement de l’histoire ne soit supprimé en classe de terminale…

Le roi Louis-Philippe, qui a régné sur la France de 1830 à 1848, période qu’on a appelée la Monarchie de Juillet, finit par faire interdire par son premier ministre Guizot les réunions des républicains.

Ceux-ci tournèrent l’interdiction en organisant des banquets dans tout le pays ! Il y eut ainsi à partir de juillet 1847 une véritable campagne de banquets républicains qui étaient l’occasion de discours contre le gouvernement puis contre le régime monarchique.

Les banquets furent interdits le  22 février 1848…

Le 23 février eut lieu à Paris une manifestation sévèrement réprimée : 20 morts !

Le 24 février 1848 c’était la proclamation de la 2ème République avec Lamartine, Ledru-Rollin, Arago, Dupont de l’Eure, Marie, etc…

C’était le début des révolutions en Europe, ce qu’on a appelé le « Printemps des peuples » !

Je vais m’arrêter là, il est temps ! et j’espère avoir répondu à la question de mon ami Gilbert !

Pour conclure, je formule le souhait que les banquets laïques et républicains se multiplient, que les fêtes de la laïcité s’organisent partout en France, pour que nous retrouvions notre République laïque ! 

 

 

 

Après-midi, ouverture de la fête elle-même.

 

 

Mesdames, messieurs, cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s,

 

Aujourd’hui c’est notre 3ème Fête de la laïcité et je vous remercie d’être venus si nombreux. Bienvenue à toutes et à tous !

Je tiens à saluer la présence parmi nous  des représentants d’organisations laïques du Var et des Alpes-Maritimes , avec lesquelles nous avons pris l’habitude de travailler ensemble et avec qui nous avons le projet de constituer bientôt le « Front Unitaire Républicain d’Action Laïque ».

Ce sont donc :

Jean-Louis IMBERT, président des DDEN du Var,

Albert GREGOIRE et Jean-Claude DAUGERON, représentant le Cercle Condorcet du Var-Est,

René GHIGLIONE, président de l’Observatoire Méditerranéen de la Laïcité, de Carqueiranne,

Axel LEFORESTIER, président de la section Ligue des Droits de l’Homme de Draguignan, ne peut être là mais nous a envoyé un message de soutien,

Et Jeannine COLLOMP représente la LDH au niveau régional,

Jacques MERLAN, président des Pupilles de l’Enseignement Public,

Antoine THIVEL, président de l’Association des Libres-Penseurs des Alpes-Maritimes, vice-président national de l’ADLPF,

Des représentants de l’association « Lorgues ensemble ».

 

Et je tiens à remercier M. le maire de Lorgues, M. Claude ALEMAGNA, de nous avoir prêté grâcieusement cette salle magnifique, c’est un geste que nous apprécions pleinement .

 

 

 

Une question se pose …pourquoi fêter la laïcité ?

 

Nous la fêtons d’abord pour elle-même, pour l’affirmer en tant que principe donnant sens et réalité au tryptique républicain .

 

-          La laïcité, c’est la liberté , liberté absolue de conscience pour tous , d’où découle la garantie de pratiquer un culte , d’en changer ou d’en n’avoir aucun !

-          La laïcité, c’est l’égalité , l’égalité de traitement de tous les citoyens sans discrimination d’aucune sorte et quelles que soient leurs options spirituelles.

-          La laïcité, c’est la fraternité :car La puissance publique doit avoir pour principe fondamental que le bien commun, l’intérêt général prime toujours sur tout intérêt particulier.

-    la laïcité , c’est donc un formidable levier de l’émancipation de tous, et c’est  l’école publique et laïque qui se doit  d’enseigner la République et la laïcité  .

 

Nous avons donc toutes les raisons de fêter la laïcité, et de revendiquer que le 9 décembre devienne journée nationale de la laïcité !

 

Mais aujourd’hui, les adversaires de la laïcité se cachent derrière une prétendue modernité pour essayer de tromper les citoyens de notre pays et faire passer des lois qui portent sévèrement atteinte à nos institutions laïques et menacent la République elle-même.

 

Ne nous laissons pas berner par l’utilisation du mot « réforme » qui est tellement galvaudé  ! Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, le mot à lui tout seul ne signifie rien, il y a réformes et réformes ! les réformes de progrès et les réformes réactionnaires !

Vouloir remettre en cause la loi de 1905,

vouloir instaurer par la loi Carle la parité du financement de l’enseignement privé et de l’enseignement public laïque,

vouloir supprimer par l’accord Vatican-Kouchner le monopole de l’Etat concernant la collation des grades et des diplômes universitaires, ce que même Pétain n’avait pas osé faire, 

tous ces projets anti-laïques et anti-républicains ont pour objectif de faire tourner la roue de l’histoire en marche arrière, ce qui est la définition même de ce qui est réactionnaire !

Je le rappelais tout à l’heure en ouvrant notre banquet, Le 28 octobre, le rapporteur du projet de loi Carle s’est appuyé explicitement sur la loi Guizot de 1833, signée par Louis-Philippe, roi de France !

La République et ses institutions laïques n’ont rien de commun avec ces gens-là . Leur seul objectif est de servir les intérêts privés, ceux de leurs copains en particulier, au détriment des services publics, au mépris des obligations républicaines de gestion du bien commun et au risque de mettre la République en danger !

 

           La laïcité et la Répubique ne sont pas anti- religieuses, elles refusent de donner la moindre priorité à une option spirituelle quelle qu’elle soit, religieuse ou athée !

           Mais Il ne peut y avoir de liberté et d’égalité des citoyens si les religions sont remises en avant, si les gouvernants les invitent à reprendre une place dans la sphère publique comme au temps des rois de France, si le curé est valorisé pendant que l’instituteur est méprisé, si les imams sont sollicités pour s’implanter dans les banlieues alors qu’on y détruit l’encadrement et les liens sociaux en faisant disparaître les services de la République .

        Il est urgent de mettre l’accent sur le fait que la République doit être sociale  !   

        Si la République ne s’attache pas à régler les problèmes sociaux, si au contraire elle abandonne sur le bord du chemin un nombre croissant de citoyens en leur refusant  le droit à la dignité, le droit au travail, elle leur interdit de fait de pouvoir jouer leur rôle de citoyen. on ne peut alors plus parler ni de démocratie ni de laïcité, et cela favorise le développement du communautarisme (recherche d’identité, religion…)

 

la  situation ne semble pas nous être favorable, c’est le moins qu’on puisse dire,

Pourtant, nous avons de bonnes raisons de nous réjouir !

cette année 2009 a montré que  la possibilité d’avancer existe bel et bien !

A 2 reprises cette année , de modestes associations comme la nôtre ont réussi à faire bouger les lignes !

l’initiative  prise dès le 14 janvier par le Comité 1905 de déposer un 1er recours devant le Conseil d’Etat pour demander l’annulation de l’accord Vatican-Kouchner, a été continuée au mois d’avril par la constitution par 18 organisations du Collectif pour la Promotion de la Laïcité qui a déposé le 8 juin un nouveau recours, collectif , actualisé et adapté,

ces initiatives ont reçu un écho important (plus de 18 000 signatures de la pétition ) et le soutien de beaucoup d’autres organisations !

nous sommes aujourd’hui plus d'une soixantaine d’organisations à avoir travaillé dans le même sens !

 

Et c’est ce même réseau, pour l’instant informel, ou au moins une partie de ce réseau, qui a relayé en septembre l’initiative du Collectif pour la promotion et la défense de l’école de proximité… d’abord pour que les députés laïques et républicains votent contre le projet de loi Carle…et ensuite pour qu’ils déposent un recours devant le Conseil Constitutionnel !

Dans ce dernier cas, nous avons momentanément perdu, et en ce qui concerne l’accord Vatican-Kouchner, le Conseil d’Etat ne s’est pas encore prononcé.

 

Nous avons démontré qu’il était possible d’avancer et nous allons continuer !

Mais la dispersion des rangs laïques permet aux adversaires de la laïcité de faire des pas en avant et de marquer des points !

  Alors, l’objectif urgent et essentiel , c’est de dépasser l’émiettement des militants laïques et républicains qui n’a que trop duré , l’urgence est de lever ce  grave handicap! Nous savons que ce n’est pas une tâche facile, et que nous repartons de loin.

 Mais c’est pourquoi le comité 1905 a proposé  la constitution d’un Front Unitaire Républicain d’Action Laïque,  une  structure unitaire souple et non-contraignante qui permette les échanges, la discussion et l’action .

      Les organisations et associations présentes aujourd’hui ont pris l’habitude de travailler ensemble dans notre région et elles sont pour la plupart déjà d’accord avec ce projet qui devrait prendre corps au mois de janvier.

  Notre objectif est l’efficacité, l’efficacité de l’unité pour mobiliser les citoyens et imposer la volonté de tous les républicains laïques contre toutes les réformes réactionnaires qui visent la République, ses institutions et son école.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article