CRUCIFIX DE WANDIGNIES- HAMAGE (59) : QUAND LE COMMUNAUTARISME S’OPPOSE A LA LOI DE LA REPUBLIQUE

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Les médias nationaux se sont fait l’écho fin mars d’une décision de justice notifiée en février par le Tribunal administratif de Lille et qui ordonnait la dépose d’un crucifix monumental apposé dans les locaux utilisés par la cantine scolaire de l’école publique.

A l’heure où des affaires comparables secouent l’Espagne et l’Italie, la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat protège en France la conscience des enfants de l’école publique et la laïcité des lieux publics. La solution juridique ne faisait donc aucun doute, même s’il a fallu trois ans de procédure aux libres penseurs du Nord, appuyés par la Fédération Nationale pour obtenir une mesure aussi simple.

Mais l’affaire devient étonnante quand le maire de la commune, agissant comme un sheriff, se propose de ne pas appliquer le jugement et tente de dresser une partie de la population contre cette décision en excipant d’un prétendu accord de la communauté contre la loi.

Cette attitude est extrêmement dangereuse pour la paix civile et la responsabilité en incombe aux autorités locales, mais aussi et surtout à ceux qui font resurgir les communautarismes en mettant en avant une « laïcité positive » qui ne signifie rien d’autre que l’emprise de la religion dominante sur toute la vie sociale, ici dans le quartier, là dans la commune ou dans la région.

La Libre Pensée exige l’application du jugement et demande à Madame le Ministre de l’Intérieur de donner au Préfet du Nord les instructions nécessaires.

Paris, le 8 avril 2009

Commenter cet article