Le communiqué du 6 mars 2009 du GODF, de la GLFF, du DH, symbole d’une Résistance qui fait tomber les masques

Publié le par Comité 1905 Draguignan

lundi 6 avril 2009, par Hubert Sage


Ce 6 mars 2009, c’est la date qui restera dans l’histoire de notre pays pour symboliser le début d’une résistance coordonnée des milieux républicains pour sauvegarder les valeurs universelles de la laïcité face à l’offensive islamiste et islamique en vue de les détruire, eux qui ont été obtenus après plusieurs siècles de lutte acharnée victorieuse contre le totalitarisme de l’Eglise Catholique.

La naissance symbolique de ce Front de Résistance Laïque a fait surgir au grand jour les collaborations et les compromissions de toutes sortes qui minent à notre époque ce combat d’émancipation individuelle et collective.

En effet, ce communiqué commun des 3 grandes obédiences maçonniques progressistes françaises, (le Grand Orient de France, la Grande Loge Féminine de France, la Fédération française du Droit Humain) indique clairement la voie de la Résistance à mener pour obliger nos gouvernement successifs de notre pays, qu’ils soient de droite ou de gauche, à se mobiliser sur la scène internationale contre les ennemis de l’Humanisme et de l’Egalité en Droit, de la Liberté individuelle, de la Fraternité Sociale, sources donc de la plus haute valeur conceptualisée à ce jour, la Laïcité.

 

Il est clairement annoncé que notre devoir de républicains est de tout faire pour que le gouvernement français se retire de la conférence de Genève dite de DURBAN II, faite sous l’égide de l’ONU et qui prépare textes et résolutions de caractère raciste, approuvant la soumission des femmes et des hommes aux lois religieuses, particulièrement celles de l’Islam, présentées comme supérieures aux autres.

Mais depuis, et c’est ce qui renforce la création effective de ce Front de Résistance Laïque, une série d’événements, tous plus inquiétants les uns que les autres, viennent de surgir, nous appelant à la mobilisation.

- Le 26 mars 2009, la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, cannibalisée par les états islamiques, a voté, sur proposition du gouvernement du Pakistan (considéré un gouvernement musulman modéré qui combat les terroristes islamistes) une résolution condamnant la « diffamation » des religions. Si cette résolution est reprise un jour par l’ONU (et c’est possible dans ces conditions), nous ne pourrons plus critiquer les lois discriminatoires de la Charia, les thèses du Créationnisme, et les positions du Pape contre l’avortement et le préservatif au nom de la défense de la vie, etc.

- Le Premier ministre danois, Rasmussen, pressenti pour être le prochain secrétaire général de l’OTAN, est récusé par le gouvernement islamique (dit modéré) de la Turquie par ce qu’il ne s’était pas opposé, au nom de la liberté d’expression, à la publication dans son pays des caricatures de Mahomet !!! Certes, on peut être pour la dissolution de l’OTAN, mais on ne peut en attendant se laisser dicter une nomination d’une organisation internationale au nom d’exigences d’un gouvernement islamique d’un pays déjà connu pour être contre la liberté religieuse et les droits de l’homme.

- Le président soudanais Omar El Béchir, accusé par le TPI de crimes contre l’Humanité au Darfour, se pavane ouvertement dans les pays islamiques, dits modérés ou pas, comme l’Egypte, l’Arabie Saoudite, et dans les réunions internationales en présence du Secrétaire Général de l’ONU, sans appel au boycott de quiconque.

- Une loi vient d’être promulguée par le président afghan, Hamid el Karzai, auprès duquel on envoie des troupes pour le protéger des talibans. Cette loi met définitivement les femmes afghane sous domination totale de leurs maris (elles ne peuvent plus rien faire sans leur autorisation et doivent se soumettre à leur volonté en toutes circonstances !!!).

Les relais, en France de cette offensive islamique, que nous pourrions appeler les collabos, étaient déjà clairement identifiés depuis des années : les directions nationales du MRAP et de la LDH, par exemple, qui luttent contre la loi interdisant le port du voile islamique à l’école et tout signe religieux ostensible. On n’a pas encore vu ces organisations qui usurpent de ce fait leur qualité « d’utilité publique » protester contre ces dispositions de DURBAN II et autres, dénoncées précédemment.

Mais maintenant, avec ces événements, viennent clairement se mêler des partitions troubles, comme celles de l’Ufal ou de Prochoix. Ceux-ci se sont fait connaître en luttant contre le Mrap et la LDH, pour une loi contre les signes religieux à l’école. Elles donnent donc le change d’une certaine indépendance, au nom de la laïcité ouverte (Caroline Fourest) ou réservée à l’école (Ufal). Elles cherchent à nous convaincre que la différence avec le texte des trois grandes obédiences maçonniques ne serait que tactique, entre ceux qui prônent le boycott et ceux qui veulent discuter. La réalité est toute autre. Alors que Barack Obama a quitté la table des négociations, la France met tout son poids pour empêcher que l’Union européenne ne fasse de même. En écrivant, dans « Le Monde », le 14 mars dernier, un article valorisant la stratégie de l’Elysée, Caroline Fourest a donné un coup de main inespéré à la politique du quai d’Orsay. Hasard, Philippe Val, le patron de Caroline Fourest à Charlie Hebdo, s’est vu proposer, quelques jours plus tard, la direction d’une radio nationale…

Hasard encore, depuis l’affaire Truchelut, Prochoix et l’Ufal marchent main dans la main. Ancien responsable national de l’Ufal, j’ai en ma possession un document interne très important, dont elle est mise en copie, pour des raisons mystérieuses. Hasard encore, lors de son Assemblée Générale des 21 et 22 mars, a été passé sous silence la conférence de DURBAN II. Hasard encore, l’entrée aussi dans son Conseil d’Administration d’une partisane affichée de l’introduction de la viande Hallal à l’école.

Devant les remous internes produits par ce silence complice sur Durban, pour ne pas gêner Caroline Fourest dans ses tractations avec le pouvoir sarkozyste, la présidente et l’ancien président de l’UFAL se fendent alors en catastrophe d’un communiqué le 3 avril (c’est-à-dire la veille des Rencontres Internationales Laïques qu’ils organisaient), d’un parfait style jésuitique condamnant le texte préparatoire de DURBAN II, mais refusant de demander à la France de se retirer de cette conférence pour ne pas prêter le flanc à la thèse du "choc des civilisations" !!!

Cette série d’événements aura eu le mérite de voir, aux côtés des directions habituelles pro-islam, telles le Mrap et la LDH, un rapprochement de forces qui, avec une partition différente, accompagnent, dans les faits, l’offensive islamique contre nos valeurs progressistes. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de notre l’invitation, aux rencontres internationales laïques, de Gérard Kerforn, président du Mrap des Landes, qui n’a été invité que pour démolir Riposte Laïque, amalgamant la critique de l’islam à du racisme... dans le plus pur style islamiste.

Mais, en dehors de ces petites manoeuvres, depuis le 6 mars 2009, un Front de Résistance Laïque a surgi.

Il va falloir maintenant l’organiser, car le danger contre nos valeurs laïques de liberté individuelle, d’égalité en droit et de fraternité sociale est grand et préoccupant.

Hubert SAGE

Président du Cercle Laïcité et République Sociale

http://laicite.republique.free.fr

Commenter cet article