Lettre ouverte à Monsieur Christian Chapron, maire de Torcy

Publié le par Comité 1905 Draguignan

mardi 2 décembre 2008, par Maurice Vidal


Monsieur le maire, Prier dans la rue d’un pays laïque n’est jamais anodin, surtout lorsque le croyant se prosterne sur un tapis qui, d’entrée de jeu, privatise l’espace. Si la religion relève de la sphère privée, prier ostensiblement dans la rue c’est déjà porter atteinte à la laïcité ! Mais passons !

Comme une religion ne se modère que si on la modère, et qu’en France, on modère de moins en moins le religieux en raison du nombre croissant de citoyens qui n’ont pour politique que ce même religieux, les partisans du « tout-religieux » de votre commune ont pensé qu’ils pourraient remplacer la prière publique par un coup de force, histoire de rappeler, à qui veut l’entendre – et d’abord à vous – que la laïcité devra céder toujours plus de terrain à la Vérité religieuse, jusqu’à ce que la Vérité religieuse soit enfin chez elle en tous lieux. Comme disent leurs frères d’Outre-Manche : « No to secularism ; yes to islam ».

C’est très exactement dans cet esprit qu’ont agi les membres de l’association musulmane de Torcy (Seine-et-Marne), en décidant, le vendredi 21 novembre 2008, d’envahir la mairie pour obtenir un document officiel signé de votre main ! Vous avez donc été contraint – par réflexe civique, je suppose – de fermer votre lieu de travail plusieurs heures durant, et avez eu les honneurs d’une prière collective intra muros, avant de recevoir, en hommage, les « Allah Akbar » lancés par les impétrants, trop heureux d’avoir arraché, de votre immense compréhension, le terrain nécessaire à l’édification d’une mosquée.

Evidemment, vous vous êtes empressé de préciser que c’est l’association musulmane torcéenne qui financera la totalité des installations et de l’édifice. Evidemment, personne n’est dupe, et surtout pas vous ! Evidemment, vous pouvez être las du harcèlement dont vous êtes l’objet de la part de ces mêmes musulmans – qui, lors de l’« Aïd », avaient déjà prié pendant près de soixante minutes sur le trottoir de l’avenue de Lingenfeld, non seulement pour célébrer la « fête du sacrifice », mais encore pour accélérer le traitement du dossier relatif à la construction de la fameuse mosquée.

Certes, les commerçants avaient dû, ce jour-là, baisser leur rideau pendant la prière. Certes, personne ne pouvait stationner aux alentours. Certes, le malaise de la population n’a cessé de croître au vu de ce spectacle insolite. Certes, il faudra s’attendre à une multiplication de ce type d’incidents, d’autant plus que la sacro-sainte tolérance française offre aux associations musulmanes toutes les chances d’obtenir gain de cause en la matière. Je m’étonne, d’ailleurs, que vous n’ayez point encore instauré la charia pour tous les Torcéens, avec, au fronton de votre établissement municipal, le triptyque « Islamité, Imparité, Intégrité », ne serait-ce que pour magnifier vos valeurs humanistes fondées sur le « droit à la différence ».

Monsieur le maire, savez-vous au moins qu’en vertu du « droit à la différence », ce qui se passe dans l’Hexagone – et au-delà – n’est guère différent de ce qui se passe dans votre commune ? Savez-vous qu’à Colmar, l’élection du maire a été annulée parce qu’elle avait été acquise en échange d’une promesse de construction de mosquée ? Savez-vous que les mosquées sont des ancres originelles fort peu propices à l’intégration ? Croyez-vous intégrer ceux qui bafouent les lois de la République en leur faisant allégeance ? N’avez-vous jamais eu vent de ces intendants sommés de proscrire le porc des menus scolaires pour éviter le courroux « légitime » de parents musulmans ? Ignorez-vous qu’à l’instar de Martine Aubry, maire de Lille, le maire de La Verpillière, Patrick Margier, veut – en toute liberté ? – aménager des horaires de piscine pour les femmes musulmanes ? Avez-vous oublié que le centre culturel municipal de Grigny a organisé, le samedi 3 mai 2008, une « fête » réservée exclusivement aux femmes – en tenues traditionnelles s’il vous plaît ! – avec récitations de versets coraniques, stand de henné, et surtout dons au profit de la construction d’une mosquée ? Les vêtements islamisants que portaient, le 21 novembre, les membres de l’association Rahma, ne vous ont-t-ils été d’aucune leçon ? Appartiendriez-vous à ces séides de l’islamisation de la France ?

Savez-vous au moins lever la tête ? N’avez-vous pas entendu parler des progrès de la charia en Angleterre, où existent depuis peu des « zones musulmanes » interdites aux chrétiens ? N’êtes-vous point informé de la mise en place d’une jurisprudence islamique au Canada ? N’y a-t-il pas une aggravation des problèmes à New York via les revendications musulmanes du quartier de Brooklyn ? Etes-vous au courant de l’offensive antichrétienne en Algérie, notamment depuis janvier 2008 ? Comment se fait-il que des hébergeurs suppriment, sans la moindre explication, les sites qualifiés d’« islamophobes » ? Que répondez-vous aux menaces islamiques adressées à la chaîne de télévision Canal + ? Que rétorquez-vous à Mohamed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman, qui exige – et obtient ! – des excuses publiques de Philippe Geluck et de Michel Drucker pour une plaisanterie verbale jugée contraire « à la dignité des musulmans de France » ? Avez-vous écouté ce que pense Isabelle Morini-Bosc, directrice de programmes sur RTL, des pressions de la communauté musulmane qui, suite à un trait d’esprit de Laurent Gerra imitant Le Pen en train de parler du Prophète, a menacé de fatwa l’ensemble de la rédaction, les journalistes présents sur le plateau et l’artiste lui-même ?

Pourquoi n’avouez-vous pas que de plus en plus de maires subissent, comme vous, des menaces visant à obtenir la construction d’une mosquée ou quelque « accommodement raisonnable » ? Pourquoi n’en appelez-vous point à tous les maires de France sitôt que se dessinent de telles pressions, au lieu de ployer sous le diktat de vos contempteurs ? Pensez-vous qu’avec des élus de votre trempe la France pourra échapper à sa propre chariarisation ? Ne comprenez-vous pas que si vous aviez le courage de faire front, la France entière vous soutiendrait de toute son admiration ?

Que vous le vouliez ou non, Monsieur le maire, cette nouvelle affaire s’ajoute aux lâchetés incommensurables accumulées depuis l’affaire de Creil, en septembre 1989. Résultat : les Français sont à cran de constater que la loi ne fait plus la loi dès qu’il s’agit de l’islam. Les Français savent que l’opportunisme politique fait le jeu des intégristes. Les Français ne supportent plus que des considérations religieuses unilatérales et communautaristes soient prises en considération par tel ou tel de nos élus. Ces élus du déshonneur sont-ils à ce point si faibles qu’ils puissent céder à tout ce qui est intimidation et violence ? N’est-ce pas relever d’une dangereuse incompétence politique et psychologique que de faire amende honorable à l’islam dans un contexte d’islamisation européenne désormais visible et de terrorisme international toujours actif, comme en témoigne le récent massacre de Bombay ? Lorsque l’islam ne veut que l’islam, n’est-il pas déjà intégriste, et, par suite, anti-laïque et anti-républicain ?

Si vous n’êtes pas capable de voir cela, c’est bien qu’il y a une raison. Et cette raison est toute simple : c’est que « ça crève les yeux » ! Avec mes sentiments républicains.

Maurice Vidal

Commenter cet article