Le Collectif des Musulmans de France cherche à intimider Françoise Hostalier et sa proposition de loi laïque

Publié le par Comité 1905 Draguignan

mardi 4 novembre 2008, par Pascal Hilout


A peine dix jour après sa déposition, la proposition de loi de Mme Françoise Hostalier et les députés qui l’ont signée ont subis une attaque en règle de la part de M. Abdelaziz Chaambi, écrivant au nom du Collectif des Musulmans de France (1).

Rappelons que cette loi vise « à interdire le port de signes ou de vêtements manifestant ostensiblement une appartenance religieuse, politique ou philosophique à toute personne investie de l’autorité publique, chargée d’une mission de service public ou y participant concurremment ».

 

D’emblée, M. Chaambi écrit qu’il s’agit là d’« un projet de loi visant à interdire (allons droit au but) le port du foulard pour les femmes musulmanes lors des sorties scolaires.  ».

Là, je ne peux que me féliciter de la perspicacité d’un coreligionnaire : il a tout à fait bien compris que les voilées qui cherchent à se rendre agréables, acceptables, de faire du marketing direct pour le voilement auprès de nos jeunes bambins, malléables et manipulables à merci, que ces voilées, prosélytes en douce, ne sont pas des bonnes sœurs chrétiennes.

Comment l’avez-vous deviné si vite ?

Et qui disait que mes coreligionnaires musulmans n’étaient pas prompts à comprendre et qu’il fallait être d’une patience géologique avec eux ?

Là, cher Abdelaziz, vous m’épatez ! Rien que pour cela je vous pardonnerai non seulement les accusations gratuites que vous avez proférées à mon encontre à l’UNESCO (2), mais, comme M. Dupont, je dirai même plus : j’adore les musulmans qui comprennent vite, qui sont francs et qui vont droit au but !

Mais sachez tout de même, cher Abdelaziz, que je hais les voiles. Je vous l’ai expliqué à l’UNESCO et je vois que ne voulez toujours pas comprendre. Il ne me reste qu’à user d’une pédagogie toute coranique avec vous : la répétition. Répétons donc cent quatorze fois s’il le faut, que le voile de la sœur chrétienne signifie qu’elle s’est interdite tout commerce avec les hommes et que le voile de ma sœur musulmane, en France, veut avant tout dire qu’elle est réservée aux musulmans et aux convertis bien circoncis.

En plus de la ségrégation sexiste, il s’agit là d’une flagrante ségrégation religieuse qui vous maintiendra à tout jamais dans des ghettos vestimentaires, signifiant un cloisonnement matrimonial. Il nous faut abattre toutes les cloisons et abolir toutes les prescriptions et lois religieuses qui fabriquent ou consolident des ghettos, qu’il soient vestimentaires, culinaires, linguistiques, juifs ou islamiques, hébreux, latins ou arabe du VIIe siècle, langues que nos banlieues ne parlent plus.

Je ne veux pas être le juif de demain. Je préfère renvoyer ces lois et leur voilement à leur Antiquité et à leur Moyen-âge et vous avec ! C’est à ces époques, ainsi qu’à Jérusalem et à la Mecque que vous êtes foncièrement attaché. J’invite aussi quelques dirigeants du CRIF à vous y accompagner. Ils sont tout autant attachés à Jérusalem et à ses Antiquités que vous !

Vous n’appartenez pas encore, corps et âme, à cette France d’aujourd’hui, celle de la libération et de l’émancipation de la douce moitié de l’humanité, celle que vous aimeriez bien garder sous voile.

Vous osez donc écrire à des députés courageux que « le gouvernement actuel ne fait rien pour combattre cette islamophobie et les politiques tels que vous , par cette proposition de loi, allez l’encourager avec tous les risques que cela comporte tant dans l’hexagone qu’à l’étranger pour l’image et les intérêts de la France. ».

Penseriez-vous à Christian Chesnot, à Georges Malbrunot et à leur prise en otages ? Penseriez-vous à ce sinistre précédent et à l’ultimatum adressé par les kidnappeurs pour que le gouvernement français annule la loi du 15 mars 2004, celle qui a interdit le voile et les autres signes religieux pompeux à l’école ? Serait-ce là un chantage ou des menaces à peine voilées ?

Vous souhaitez donc, vous et votre collectif, que les propositions de loi comme celle de Mme Hostalier soient « dénoncées et étouffées » pour que les voiles puissent continuer à étouffer les musulmanes ? Ma mère et ma grand-mère musulmanes en ont suffisamment souffert et j’aimerais vous voir disparaître sous une burqa ou un voile intégral pour que vous soyez aussi humilié dans votre chair. Peut être comprendriez-vous aussi vite que vous en avez donné la preuve.

Mais je crains fort, cher Abdelaziz, que vous ne compreniez que ce qui vous arrange, en tant que mâle et non pas en tant qu’enfant d’une femme qui a aussi droit au respect dans son corps, telle qu’elle est, sans qu’elle ait besoin d’en avoir honte ni de le dissimuler.

Je vous conseillerai de prendre un bon bain de soleil en famille. Vous constaterez que nos corps de musulmanes et de musulmans sont tout simplement semblables à ceux de toute l’humanité. Le voile n’a plus d’autres sens que celui de la séparation, de la discrimination et de la ségrégation. A moins qu’il n’ait aussi une autre signification : sur grand écran, il affiche et vous renvoie votre regard masculin qu’il qualifie de lubrique. Mais toutes ces impudeurs-là, vous semblez ne pas les voir, ni les comprendre.

Pascal Hilout nouvel islam


(1) Lettre aux députés

(2) Islam et identité nationale  : l’accusation est proférée pendant les débats.

Publié dans Politique et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aissaoui 16/01/2009 15:32

bonjour,
dis donc vous etes sacrément remonté à croire que vous etiez tombé amoureux d'une femme voilée et que vous n' aviez jamais pu concretiser cet amour, je ne vois que cette expliquation à ce déferlement de haine .Mais laissez nous vivre en paix on ne veut pas changer de système on ne veut manipuler personne, meme pas vous, monsieur .on voudrait vivre notre foi personnellement et ne vous inquietez pas pour nous,nous savons nous défendre contre des machos qu'ils soient barbus ou non meme s'ils prétendent comme vous,monsieur, nous protéger.nous n' avons pas besoin d'un "male"pour parler en notre nom!