Les anticléricaux s'invitent à la première messe de l'Opus Dei à Toulouse

Publié le par Comité 1905 Draguignan

ALLÉLUIA. Les paroissiens de l'église de la Dalbade à Toulouse sont rentrés à la messe ce dimanche matin entre une rangée de policiers et une chorale de joyeux anticléricaux regrettant sans fausses notes que la Vierge n'ait «pas connu l'avortement»

Le premier office du prêtre Franck Touzet ne sera pas passé inaperçu. Y étaient présents l’archevêque du diocèse, Robert Le Gall et le vicaire de l’Opus Dei en France, Antoine de Rochebrune, félicitant ce dernier d’avoir fait appel à ses services alors qu’il était à la recherche d’un prêtre.

Flics_dalbL’archevêque Robert Le Gall «assume» le fait d’avoir nommé un membre de l’Opus Dei dans cette paroisse : «c’est ma décision», dit-il à LibéToulouse. Admettant aussi que cette décision a fait grincer quelques dents «au sein même» de son conseil épiscopal.

L’Opus Dei créé en Espagne au temps du franquisme et réputé n’avoir rien renié de ses valeurs sent le soufre. Pour faire front pacifique à tout débordement, la paroisse de la Dalbade avait d’ailleurs mobilisé ses scouts.

Une chorale d'anticléricaux et une rangée de policiers devant la Dalbade. Photo DR

La police a débarqué 45 minutes avant l’heure de la messe. Les scouts étaient déjà sur le parvis. L’un d’eux se refuse à broncher quand les cinquante manifestants entreprennent de dénoncer  «les méthodes sectaires» de l’Opus Dei : «la rue est à tout le monde», sourit le jeune homme.

Cette paroissienne n’est pas du même avis qui, pressant le pas, se demande «qui sont ces abrutis ?» Ces «abrutis» expliquent en chantant que «la prière, c’est vulgaire» et demandent sur le même ton aux «curés pédophiles» de «libérer les enfants». L’écho de la contestation résonne jusque sous la nef au moment où Monseigneur Le Gall regrette justement le «tapage médiatique» fait autour de cette affaire.

Le maire PS de Toulouse Pierre Cohen s'est le premier «indigné» au mois d'août de l'arrivée de ce prête eu égard à la mémoire des Républicains Espagnols. Ce sont ensuite 32 membres de l'association Partenia 31, proche de Mgr Jacques Gaillot, qui se sont dit «scandalisés» par cette nomination. Le courrier qu'ils ont adressé à l'archevêque lui reproche d'avoir ignoré «les liens que les Êvêques de l'Opus Dei ont avec les dirigeants les plus réactionnaires en Amérique du sud et en Europe».

Cette nomination est affaire pourtant simple, développe l’homme d’église sur le site officiel du diocèse de Toulouse : il y a aussi des Franciscains, des Dominicains, des Jésuites dans les paroisses de la ville, y dit-il. Pourquoi pas donc un membre de l’Opus Dei. L’un d’eux, indique-t-il, est d’ailleurs confesseur à l’église de la rue du Taur…

GLv.

Publié dans Politique et société

Commenter cet article

Bof 04/11/2008 05:29

bof