La Poste privatisée ou l’inégalité de droit d’accéder à ce service

Publié le par Comité 1905 Draguignan

mardi 2 septembre 2008, par Pierre Baracca


En annonçant la transformation de La Poste en Société anonyme, le gouvernement met fin à cet " établissement public " qui est une personne morale de droit public financée par des fonds publics et qui doit remplir une mission d’intérêt général. Ainsi sont créées les conditions de l’entrée de capitaux privés et de sa transformation en entreprise privée.

La recherche maximale du profit pour les détenteurs de ces capitaux privés va casser la logique de Service public. Les bureaux considérés comme non-rentables ou ne rapportant pas assez de profits seront fermés dans les villages, les petites villes et les quartiers populaires. Et, ce, au détriment de la grande masse de la population. La logique d’intérêt général et de proximité au service du public cédera la place à celle de la recherche du profit. Par conséquent le prix du courrier augmentera nécessairement en fonction des différents lieux du territoire français. Il en sera ainsi terminé de l’égalité de droit de chaque citoyen devant le Service public postal et du tarif unique. Ce sera alors la différence de traitement des utilisateurs : " pouvoir payer " (avoir de l’argent) deviendra le critère discriminant entre les gens. Il en sera fini aussi du rôle de lien social de La Poste.

La privatisation de La Poste, ou sa cession à la bourgeoisie cosmopolite, remet ainsi en cause le principe d’égalité de droits et de traitement des citoyens et des usagers qui fonde la République sur le territoire français. On voit donc que c’est le principe de la différence, c’est dire des inégalités de traitement sociales et territoriales, qui est ici à l’œuvre dans cette logique capitaliste européenne et mondialiste.

Ces orientations néolibérales que le président Sarkozy et le gouvernement Fillon impulsent au niveau de l’Europe et de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en matière de services (AGCS) et qu’ils appliquent ensuite en France, sont négatives pour la majeure partie de la population et de nombreuses régions du territoire français. Elles remettent en cause le pacte républicain fondé sur l’égalité des droits des citoyens.

Pierre Baracca

Publié dans Politique et société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article