Et si les Eglises remplaçaient la Sécu?

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Par Elie Arié. Le discours du président sur la laïcité, couplé à une volonté de désengagement de l'Etat, laisse présager un risque inattendu: l'intervention des religions dans l'assistance publique!

Les nouveaux hygiaphones des guichets de la sécu?
Beaucoup s'interrogent, depuis quelque temps, sur l'obstination de notre Chanoine de Latran à mettre en avant la question de la laïcité, qui ne posait pas problème en France, et pas seulement dans de nombreux discours (au Vatican, à Ryad, au dîner du CRIF), mais aussi dans les actes (Nicolas Sarkozy a exprimé, le 18 Janvier 2008, son intention de faire représenter les religions, es-qualités, au Conseil économique et social).
Il ne faut pas raisonner en estimant qu'il s'agisse d'une lubie. La loi de 1905, sur la séparation des Eglises et de l'État, n'est pas tombée du ciel, si j'ose dire: elle est apparue dans un contexte philosophique et politique de création d'une République solidaire.

Les Eglises, nouveaux pourvoyeurs de sécurité sociale
Cette vision de la société est aujourd'hui menacée par la mondialisation, qui nous condamne à la fois à une accentuation des inégalités et à la dissolution de toutes les formes de solidarité, notamment la Sécurité Sociale. Il est donc logique de tenter d'en limiter les dégâts en adoptant le modèle américain du compassionnalisme, dans lequel la charité remplace la solidarité, et les églises prennent le relais de la Sécurité Sociale: d'où la nécessité d'officialiser leur rôle.
Si les franchises médicales et les dépassements d'honoraires non remboursés vous posent des problèmes financiers pour vous faire soigner, voyez ça avec votre curé (ou votre pasteur, imam, rabbin, etc.).

Elie Arié est ancien secrétaire national à la Santé du Mouvement Républicain et Citoyen.

Samedi 12 Avril 2008 - 00:08
Elie Arié

Commenter cet article