Sarkozy, ami-ami avec les «tradis»

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Le Président a félicité pour leur ordination quatre diacres intégristes ce week-end.
JACKY DURAND
QUOTIDIEN : mardi 26 février 2008
 
Tous les chemins mènent à Nicolas Sarkozy. Même ceux qui passent par Rome. Chanoine honoraire de la basilique Saint-Jean-de-Latran à Rome - comme tous les présidents français - Nicolas Sarkozy a fait parvenir un message de «félicitations» à quatre diacres catholiques traditionalistes qui y ont été ordonnés samedi. Selon l’agence d’informations religieuses I.Media, le message a été lu à la fin de la cérémonie d’ordination de quatre diacres - deux Français, un Italien et un Polonais - par l’abbé Philippe Laguérie, supérieur de l’institut traditionaliste du Bon Pasteur.
«Simple message de politesse» en réponse à une invitation, comme le suggère la Conférence des évêques de France, ou «signal fort» en direction d’un électorat catholique traditionnaliste de droite à l’approche des municipales ? Un peu des deux mon cardinal, selon Christian Terras, directeur de la revue catholique contestataire Golias (1). «Le message adressé par Nicolas Sarkozy n’est ni innocent, ni gratuit. Au-delà du protocole, le chef de l’Etat est dans la mise en œuvre de ce qu’il a énoncé dans son discours à Latran, le 20 décembre. Dans l’architecture mentale de Nicolas Sarkozy, il n’y a pas de République laïque qui ne puisse exister au niveau du sens supérieur. Le sens supérieur pour lui, c’est la religion ; en particulier, l’Eglise catholique, qui est pour Sarkozy le creuset de la vérité. Dans le contexte actuel où il décroche dans les sondages, la religion est un refuge. A l’approche des municipales, le message aux diacres du Bon Pasteur lui permet aussi de s’adresser à un électorat acquis aux thèses de Philippe de Villiers et du Front national.»

L’abbé Laguérie a confirmé hier à Libération que Nicolas Sarkozy avait été «invité» à l’ordination en sa qualité de chanoine honoraire de la basilique Saint-Jean-de-Latran. Le chef de cabinet du président de la République, Cédric Goubet, a répondu à cette invitation par une «lettre protocolaire, un courrier type», selon l’Elysée, où le chef de l’Etat transmettait «tous ces vœux aux futurs diacres». «Nous avons reçu un courrier très stéréotypé, comme vous et moi pourrions en recevoir si nous adressions nos vœux au chef de l’Etat», confirme l’abbé Fournier, supérieur de la maison de Rome du Bon Pasteur.

Le Bon Pasteur, dont le siège est à Bordeaux, est une structure créée par Benoît XVI en septembre 2006 pour ramener les disciples de l’évêque intégriste Marcel Lefebvre dans le giron de l’Eglise. La France est un des bastions des lefebvristes qui célèbrent la messe en latin dite «tridentine» et refusent les enseignements de Vatican II sur la liberté religieuse et le dialogue interreligieux. Avant de réintégrer l’Eglise catholique avec l’institut du Bon Pasteur, l’abbé Laguérie a été de 1984 à 1997 le curé de l’église Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, occupée illégalement par les intégristes depuis 1977, puis de la paroisse Saint-Eloi à Bordeaux. Hier, il qualifiait de «sympathique et chaleureux» le message du chef de l’Etat, ajoutant : «Si le prince Charles, Angela Merkel ou Fidel Castro m’envoyaient un mot, ça me ferait aussi plaisir. Mais vous savez, moi, il n’y a que l’Evangile qui m’intéresse. Et vous savez ce que l’Evangile dit : "Qui n’est pas contre vous est avec vous."» En politique, c’est parfois moins simple.

(1) «Voyage en Sarkozie», Golias n° 113. A télécharger sur www.golias.fr

Commenter cet article