Des élus de gauche manifestent devant le siège de la Scientologie

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Une vingtaine de parlementaires PS, MRC et PRG se sont rassemblés rue Jules César dans le XIIe arrondissement de Paris pour protester contre les déclarations controversées d'Emmanuelle Mignon sur les sectes.
Une vingtaine d'élus de gauche se sont réunis, vendredi 22 février, devant le siège de la Scientologie à Paris pour faire part de leur "vigilance", après les déclarations controversées sur les sectes d'Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy.
Parlementaires, élus de Paris PS, MRC, PRG, ainsi que Jean-François Pernin, ancien maire centriste du XIIe arrondissement et candidat aux municipales, se sont rassemblés rue Jules César, dans le XIIe, la plupart ceints de leur écharpe tricolore.
"C'est un acte de vigilance. Nous considérons que la laïcité est en danger lorsque de tels propos sont tenus dans notre République (...) et que les sectes ne peuvent pas se confondre avec la République", a expliqué Anne Hidalgo, première adjointe au maire PS de Paris.

"Circulez, y a rien à voir !"

Pour Daniel Vaillant, ancien ministre de l'Intérieur et député-maire PS du XVIIIe, la déclaration d'Emmanuelle Mignon a été "une piqûre de rappel".
Patrick Bloche, député socialiste de la circonscription, a jugé qu'"une ligne jaune a été franchie, au-delà des rectifications et démentis".
Pour le sénateur PS Jean-Luc Mélenchon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy "adresse un message d'encouragement aux sectes" et témoigne d'un "mépris absolument incroyable" pour les victimes des sectes.
Une porte-parole de la Scientologie, Danielle Gounord, est sortie s'enquérir du rassemblement. A suivi un dialogue vif avec Daniel Vaillant, qui lui a lancé: "Circulez, y a rien à voir ! Nous manifestons contre les mouvements sectaires. Dégagez ! Rentrez dans votre église !"
"La rue m'appartient !", a répliqué Danielle Gounord. "Elle m'appartient aussi", a rétorqué Daniel Vaillant.
Danielle Gounord a jugé "grotesque" le "coup médiatique" de ces élus, revendiquant le droit pour ses adeptes de "pratiquer (leur) religion en paix".
Une vingtaine d'élus de gauche se sont réunis, vendredi 22 février, devant le siège de la Scientologie à Paris pour faire part de leur "vigilance", après les déclarations controversées sur les sectes d'Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy.
Parlementaires, élus de Paris PS, MRC, PRG, ainsi que Jean-François Pernin, ancien maire centriste du XIIe arrondissement et candidat aux municipales, se sont rassemblés rue Jules César, dans le XIIe, la plupart ceints de leur écharpe tricolore.
"C'est un acte de vigilance. Nous considérons que la laïcité est en danger lorsque de tels propos sont tenus dans notre République (...) et que les sectes ne peuvent pas se confondre avec la République", a expliqué Anne Hidalgo, première adjointe au maire PS de Paris.

"Circulez, y a rien à voir !"

Pour Daniel Vaillant, ancien ministre de l'Intérieur et député-maire PS du XVIIIe, la déclaration d'Emmanuelle Mignon a été "une piqûre de rappel".
Patrick Bloche, député socialiste de la circonscription, a jugé qu'"une ligne jaune a été franchie, au-delà des rectifications et démentis".
Pour le sénateur PS Jean-Luc Mélenchon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy "adresse un message d'encouragement aux sectes" et témoigne d'un "mépris absolument incroyable" pour les victimes des sectes.
Une porte-parole de la Scientologie, Danielle Gounord, est sortie s'enquérir du rassemblement. A suivi un dialogue vif avec Daniel Vaillant, qui lui a lancé: "Circulez, y a rien à voir ! Nous manifestons contre les mouvements sectaires. Dégagez ! Rentrez dans votre église !"
"La rue m'appartient !", a répliqué Danielle Gounord. "Elle m'appartient aussi", a rétorqué Daniel Vaillant.
Danielle Gounord a jugé "grotesque" le "coup médiatique" de ces élus, revendiquant le droit pour ses adeptes de "pratiquer (leur) religion en paix".

Commenter cet article