Enseignants, parents : faut-il, selon vous, associer les enfants à la mémoire de la Shoah ?

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Encore une fois, M. Sarkozy va dire à chacun ce qu'il doit faire. En CM2, les enseignants abordent déjà l'Histoire de la seconde guerre mondiale. A eux de décider de la manière dont il convient d'évoquer la Shoah. Mais non, qui sait mieux que Monsieur Sarkozy ?

 

Je suis enseignante à l'Ecole Primaire, et j'assiste encore une fois, impuissante, aux dérives du pouvoir et du personnalisme. Cela devient étouffant. L'Histoire de la Shoah, est tellement douloureuse, tellement difficile à "dire", à "évoquer", que je ne vois pas comment nous allons faire parrainer un "mort". Rien que cela devrait frapper les esprits, parrainer un enfant mort, quel sens cela peut-il avoir dans une atmosphère sociale aussi délétère, où il y a déjà tant de soucis pour certains enfants ?

if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}
Un parrainage doit être un élan vers l'autre, vers la vie.  On peut se lever devant le maître et le défier du regard,  comme on peut faire ce type de parrainage et engendrer des comportements non souhaités comme la fascination pour la mort, on peut aussi faire semblant de chanter la Marseillaise en changeant les paroles. Les enfants savent très bien faire cela, c'est une forme de résistance à l'autorité.

Enfin, je suis abasourdie. J'ai fait de longues études, je n'ai au fond jamais quitté l'école, elle a formé mon esprit critique et je me demande aujourd'hui à quoi cela a servi, puisqu'au fond je dois obéir aux différentes injonctions de M. Sarkozy. Madame Veil a jugé "insoutenable" cette proposition, je partage cet avis.

Annick R., Poissy

Publié dans Politique et société

Commenter cet article