Question au gouvernement sur la laïcité par Jacques DESALLANGRE

Publié le par Comité 1905 Draguignan

Jacques DESALLANGRE
Député communiste et républicain
Département de l'Aisne
Groupe de la gauche démocrate et républicaine

Question au gouvernement

mardi 15 janvier 2008

Le discours du Président de la République au Palais du Latran met en péril l’une
des valeurs cardinales de notre République (j'entends bien sur la laïcité).

Il en appelle à une nouvelle laïcité à laquelle il adjoint l'adjectif «positive»
comme si celle que nous appliquons était négative ou fermée. L'adjonction de
l'épithète dénature le concept de laïcité qui n’est pas une spiritualité parmi
d'autres mais le seul cadre institutionnel, juridique et philosophique
permettant de faire vivre ensemble des citoyens de confession et conviction
métaphysiques différentes. Encore une fois le Président s'inspire des exemples
anglais et des Etats-Unis tendant au communautarisme et au multi
confessionnalisme. Le Président entend-il supprimer la laïcité du génie français
en subordonnant la spiritualité et l'action politique aux convictions
religieuses ? Je cite : «La République a intérêt à ce qu’il existe aussi une
réflexion morale inspirée de convictions religieuses. (,) la morale laïque
risque toujours de s'épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n'est pas
adossée à une espérance qui comble l'aspiration à l'infini.» Les athées et les
agnostiques seraient-ils donc interdits ou présupposés incapables de mener la
moindre réflexion sur des principes transcendantaux ?

Le fossoyeur de la laïcité sera le Traité européen que vous imposerez par la
seule voie parlementaire. Dès son préambule le traité « s'inspire des héritages
culturels, religieux et humanistes de l’Europe » puis dans son article 2, il
reconnait « des droits des personnes appartenant à des minorités » revoilà la
dangereuse discrimination positive. Il fixe comme principe « la liberté de
manifester sa religion, ( ,) en public ou en privé, par le culte,
l'enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites ». La croix, la
kippa et le voile demain seront ostensiblement présents à l'école ou dans les
services publics.

Voilà des dérives présidentielles que nous devons combattre si nous voulons
sauver notre modèle Républicain laïque. Le nouveau traité dont le contenu fut
déjà en 2005 repoussé à une très large majorité par les français est à nouveau à
l'ordre du jour par la seule voie parlementaire. Ce matin encore les députés du
groupe GDR ont vainement tenté de vous faire entendre raison et de rendre au
peuple la parole que vous souhaitez lui ravir pour ne pas entendre ce qu'il vous
dirait. Dans l'urgence nous n'avons qu’un seul moyen : voter contre la révision
constitutionnelle pour vous obliger d'en appeler au peuple par voie du
référendum.

Mais en attendant, Monsieur le Ministre, adhérez-vous à la vision présidentielle
d’une morale laïque qui tendrait selon lui au fanatisme et d'une République
faite de discriminations positives et dont la réflexion sera inspirée par des
convictions religieuses qui ne manqueront pas alors  de s'entrechoquer au risque
de conduire minorités et communautés à s'affronter ?

Publié dans Politique et société

Commenter cet article