Communiqué du Comité 1905 sur la Laïcité à la Sarkozy!

Publié le par Comité 1905 Draguignan

COMMUNIQUE DU COMITE 1905

 

   Citoyens de la République Française « indivisible, laïque, démocratique  et sociale » les membres du Comité 1905 de Dracénie ont été très choqués et inquiets après avoir  pris connaissance du discours de M. Sarkozy le 20 décembre 2007 à Rome, et ont décidé de lui adresser une lettre ouverte.

            Monsieur Sarkozy a choisi de devenir Président d’une République laïque , et donc de devenir le gardien et le garant de ses institutions . Alors, qu’il assume  son rôle qu’il ne doit pas confondre avec celui qu’il aurait pu jouer s’il avait choisi la vocation religieuse   !  

            Or, M.Sarkozy fait   comme si rien ne s’était passé en France à partir de 1789.

 Il opére ainsi une « re-visitation » de l’histoire de notre pays en fonction de ses choix personnels qui sont essentiellement religieux, à l’ en croire.

            Dans quel but ? L’homme politique expérimenté qu’il est ne peut ignorer que « les racines essentiellement chrétiennes » dont il parle  ne sont que les racines de la France de l’ancien régime et de la monarchie absolue.

            Les racines de la République sont d’une autre nature, elles viennent de la philosophie des Lumières, elle-même issue de la pensée des humanistes des deux siècles qui l’ont précédée . Elles sont aussi issues de la Commune de Paris et de l’histoire du Mouvement Ouvrier, qui sont passées sous silence.

            M .Sarkozy n’intervient plus comme représentant de tous les Français mais comme personne privée. Il quitte son rôle. Cet « oubli » et cette confusion des rôles  rendent son attitude très inquiétante et inacceptable. En effet, après avoir « oublié » un fait historique aussi important que la Révolution Française, M.Sarkozy appelle  de ses vœux une « laïcité positive » ou « enfin parvenue à maturité «. 

            Mais la laïcité, telle que la France la revendique depuis la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, n’a pas besoin d’adjectifs qui ne peuvent que la dénaturer. La laicité, c’est ce qui permet à tous les citoyens de vivre ensemble dans la plus grande harmonie , qu’ils aient ou non une religion.    La laïcité de la République n’a  pas pour fonction de favoriser les croyances, mais d’émanciper les citoyens en les éclairant sur les  dogmes  et leur influence souvent violente dans la vie des peuples.

            Le choix de M.Sarkozy est tout autre ,  il ose déclarer :« Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé,(…). » Il méprise donc   l’incroyable dévouement des instituteurs de l’école laïque qui ont la lourde charge d’instruire les enfants de ce que l’humanité a appris grâce au développement des sciences, grâce à la raison, et le plus souvent contre la position de l’église et de ses dogmes. Il veut ignorer que l’école de la République est la seule école libre, parce qu’elle se fixe de former l’esprit critique des enfants sans blesser et en respectant les convictions de leurs familles, dans l’objectif de donner à ces futurs citoyens les moyens de l’autonomie de jugement.

            Le choix de M.Sarkozy est contraire et à ses fonctions et à la laïcité de la République ; en mettant en avant ses positions personnelles contre la neutralité, il choisit  de favoriser la croyance , la foi contre la raison , le curé contre l’instituteur !

Monsieur Sarkozy  prétend  par ailleurs souhaiter que les fantasmes des affrontements interreligieux ne basculent pas dans la réalité tragique, mais il  est en train de jouer les apprenti-sorciers et d’allumer les feux qui ne peuvent qu’y mener !   

            Au lieu de remettre en cause la loi de 1905 en suivant les conclusions du rapport de la commission Machelon, qu’il l’applique totalement et sur tout le territoire national !  Car c’est cela et cela seul qui peut garantir l’unité nationale et le vivre ensemble ! 

            C’est ce que nous demandons solennellement en tant que citoyens qui ne souhaitons pas que renaissent les terribles errements meurtriers d’un passé que nous voulons voir définitivement révolu.

 

Le 14 janvier 2008,

pour le Comité 1905, PatriceDecorte

Commenter cet article